vendredi , 9 juin 2023
<span style='text-decoration: underline;'>Importantes décisions gouvernementales contre la propagation du coronavirus</span>:<br><span style='color:red;'>L’Algérie se barricade en attendant la vague</span>

Importantes décisions gouvernementales contre la propagation du coronavirus:
L’Algérie se barricade en attendant la vague

On retiendra dans les décisions de l’Etat une réelle volonté d’éviter tout contact entre les wilayas. Ainsi, il a été décidé la suspension de tous les moyens de transport en commun publics et privés à l’intérieur des villes et inter-wilayas ainsi que le trafic ferroviaire.

La situation que traverse le pays sur le planépidémiologique est assez grave. Cela justifie amplement les successives sorties du président de la République qui, par doses bien étudiées, habitue les Algériens à une forme de résistance contre le coronavirus. Ainsi, au lendemain de son discours à la Nation où une série de mesures avait été décidée, Abdelmadjid Tebboune a réuni, ce jeudi le Premier ministre, un certain nombre de ministres et de hauts responsables de la sécurité. L’objet de la rencontre concerne principalement une batterie de nouvelles mesures dédiée à la lutte contre la propagation de l’épidémie.
On retiendra dans les décisions de l’Etat une réelle volonté d’éviter tout contact entre les wilayas. Ainsi, il a été décidé la suspension de tous les moyens de transport en commun publics et privés à l’intérieur des villes et inter-wilayas ainsi que le trafic ferroviaire. Cette mesure aura pour effet de maintenir tous les citoyens dans leur région d’origine, voire dans leur quartier.
La baisse de mobilité recherchée par les pouvoirs publics se fait plus précise avec «la démobilisation de 50% des employés et le maintien des employés des services vitaux nécessaires, avec maintien des salaires». Cela en plus de la démobilisation des femmes travailleuses ayant des enfants en bas âges», souligne un communiqué rendu public à l’issue de la réunion. Un décret exécutif promulgué par le Premier ministre viendra définir les termes de ces démobilisations.
A ces mesures qui «coupent» une partie des travailleurs de lieu de travail, le gouvernement décide la fermeture des Cafés et restaurants dans les grandes villes, empêchant de fait, toute autre motif de réunion hors travail. L’ensemble de ces décisions prendront effet à partir de demain, à une heure du matin et s’étaleront jusqu’au 4 avril. Il convient de souligner que le communiqué qui a sanctionné la réunion note que ces mesures seront soit levées à la date indiquée, soit prolongées en fonction des nouvelles donnes.
A côté de ce confinement de la population qui ne dit pas encore réellement son nom, le gouvernement accorde l’important qu’il faut à la quiétude des Algériens en décidant de «réguler le marché pour lutter contre les pénuries en assurant la disponibilité de tous les produits alimentaires de première nécessité». Le chef de l’Etat charge, pour ce faire, le ministère de l’Intérieur de «guetter, en coordination avec les ministères du Commerce et de l’Agriculture, les spéculateurs et de prendre les mesures nécessaires à leur encontre, dont la mise sous scellés de leurs entrepôts et locaux et leur signalement à travers les médias avant de les déférer à la justice». Le chef de l’Etat a par ailleurs chargé «le ministère des Finances à l’effet de faciliter les mesures de dédouanement des produits alimentaires importés et d’accélérer les procédures bancaires y afférentes en fonction de la situation exceptionnelle que traverse le pays.» La volonté de l’Etat est ainsi clairement exprimée.
En plus de ces mesures destinées à freiner la propagation du virus, tout en veillant à la quiétude de la société, le gouvernement a convenu de «doter l’actuelle commission de vigilance et de suivi au ministère de la Santé, d’un comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus (COVID-19), composé d’éminents médecins spécialistes à travers tout le territoire national sous la supervision du ministre de la Santé». La tâche de cette commission ainsi renforcée, «consistera à suivre l’évolution de la pandémie et à en informer l’opinion publique quotidiennement et de manière régulière.», relève le communiqué.
Au terme de la réunion, le Président de la République a insisté, sur «le sens élevé de responsabilité dont tout un chacun doit faire preuve, notamment, les médias, car la situation est maîtrisée et les capacités du pays, même si le stade III venait à être atteint, seraient renforcées par le recours aux moyens de l’Armée nationale populaire (ANP), capable d’apporter son aide à travers des hôpitaux de campagne et des capacités humaines telles que les médecins, spécialistes, corps paramédical et ambulances ».
Le Président de la République a rassuré : « Nous verrons plus clair avant le 10 avril, une fois terminée la période de mise en quarantaine des derniers voyageurs algériens bloqués dans certains aéroports internationaux, lesquels seront rapatriés incessamment». Il faut dire que ces deux rencontres à quelque heures d’intervalle l’une de l’autre traduisent l’urgence de la situation et le caractère totalement inédit d’une menace, encore jamais affrontée par l’Algérie indépendante. Au même titre que le reste de l’humanité, la société algérienne est appelée à faire montre d’un sens élevé de civisme et de solidarité. Ces deux qualités ne manquent pas aux Algériens. Pour preuve, les scènes extraordinaires se produisent quotidiennement aux quatre coins du pays et confirment la satisfaction exprimée par le chef de l’Etat. Ce dernier a appelé les Algériens à «limiter leurs déplacements, même au sein de leurs quartiers, pour éviter la propagation de la pandémie», et ordonné les services de sécurité «de faire preuve de rigueur et de fermeté envers tout rassemblement ou marche attentant à la sécurité des citoyens». Des comportements dont se rend coupable une minorité d’individus inconscients.
Yahia Bourit