dimanche , 28 mai 2023
<span style='text-decoration: underline;'>Dysfonctionnements dans l’application du confinement</span>:<br><span style='color:red;'>Plusieurs mesures prises pour le maintien de l’activité économique</span>
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad

Dysfonctionnements dans l’application du confinement:
Plusieurs mesures prises pour le maintien de l’activité économique

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a demandé aux membres du gouvernement et aux walis d’appliquer une série de mesures pour maintenir l’activité économique.

Les mesures décidées pour apporter des corrections aux quelques dysfonctionnements enregistrés dans l’application du confinement sanitaire, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, ont été contenues dans une instruction écrite adressée aux concernés en fin de semaine passée. Faisant un bilan de la première période de confinement, l’instruction a apporté des nouvelles orientations pour régler des dysfonctionnements ayant touché l’outil national de production et de réalisation. Le document constitué de plusieurs points a indiqué qu’à « l’issue de la première période de confinement instaurée par les pouvoirs publics, l’observation de la situation économique laisse apparaitre certains dysfonctionnements, affectant l’outil national de production et de réalisation, parfois aggravés par une interprétation restrictive des mesures prises par les pouvoirs publics, pour la prévention et la lutte contre le coronavirus (COVID-19) ». L’instruction a affirmé que quelques activités ont été suspendues alors qu’elles n’étaient pas concernées par les mesures de fermeture. « Les activités qui ont été concernées par la mesure de fermeture, concernent celles accueillant le public et à forte concentration de personnes, ainsi que celles pouvant être des vecteurs de transmission du virus », précisant que « le reste des activités n’a à aucun moment été concerné par cette mesure ». Le document rappelle que «la mesure de mise en congé d’au moins 50 % des personnels, instaurée pour la sphère économique, ne visait nullement la fermeture des activités qui y sont liées, mais visait essentiellement, la préservation de la santé de nos employés, qui doivent observer les règles de distanciation nécessaires en de pareilles circonstances ». L’instruction a aussi tenu à préciser que «de plus, en guise de facilitations, le transport des personnels a été autorisé et un système d’autorisations de circulation des personnes pour raisons professionnelles a été instauré». Le document a affirmé «qu’en dépit des textes réglementaires qui ont été pris, et des instructions communiquées, des dysfonctionnements persistent qu’il y a lieu de lever, pour maintenir une activité économique minimale assurant la survie des entreprises et permettant la continuité de toute la chaine logistique et commerciale qui y est liée ». Pour régler les dysfonctionnements enregistrés, M. Djerad, et conformément aux directives du président de la République, a instruit les membres du Gouvernement qu’ils «doivent s’assurer du maintien de l’activité économique, chacun dans sa sphère de compétence, publique ou privée». L’instruction précise que « une cellule de veille doit être mise en place au niveau de chaque département concerné, qui assurera l’écoute nécessaire, et la transmission à la cellule nationale de crise mise en place auprès de mon cabinet de toutes les difficultés rencontrées ».
Les walis sont «tenus de mettre en place un module consacré à la continuité économique, dont l’activité sera dédiée à la facilitation en matière d’autorisations de circulations et de transport des personnels». C’est le cas pour « l’activité agricole doit être maintenue et encouragée, et toute la chaine économique qui y est liée maintenue en activité, en ce sens, les Walis, sont tenus responsables de par les dispositions qu’ils doivent prendre en matière de délivrance diligente des autorisations de circulations y afférentes ». Le document ajoute que des précisions doivent être apportées concernant certaines mesures réglementaires, dont l’interprétation erronée a créé des dysfonctionnements qu’il y a lieu de lever.
« A ce titre, les walis sont tenus de noter ce que « la continuité de l’activité au niveau des ports maritimes et des ports secs doit être impérativement assurée durant les horaires habituels de travail, liés à leur activité », note le document. Concernant les autorisations de circulation, elles doivent être délivrées aux travailleurs exerçant au niveau de ces infrastructures et à tous les intervenants, au-delà des horaires fixés pour le confinement partiel. L’instruction a précisé que pour « les activités économiques et de services nécessitant le déplacement hors wilaya, les walis sont invités à «délivrer les autorisations de déplacement inter-wilayas, en précisant l’itinéraire. »
Par ailleurs, « les autorisations de circulation pour des raisons professionnelles doivent être demandées dans les circonscriptions administratives ou les Daïras du siège social de l’entité économique ou administrative concernées.
Les activités de transport et de livraison de tout type de marchandise ou de matériaux, demeurent non soumises au régime de l’autorisation, conformément à mes instructions», a-t-il insisté, expliquant que «lorsqu’un commerce de détail est autorisé, il demeure entendu que toute la chaine d’approvisionnement en gros qui y est lié est autorisée également à activer ». Le document a affirmé que le déplacement des citoyens par leurs propres moyens de transport, en dehors des horaires de confinement partiel y compris hors wilaya, demeure libre et non soumis à aucune autorisation ni restriction. Quant à la wilaya de Blida, les entrées et sorties de la wilaya sont interdites pour les citoyens, en dehors des cas autorisés par la réglementation pertinente. La note a précisé que l’autorisation d’activer pour les commerces de vente d’ordinateurs et d’équipements électroniques, sous-entend l’autorisation également pour les commerces de vente des appareils de téléphonie mobiles, les activités de chargement de crédits (flexy), et également la réparation de ces équipements.
«Toutes les activités de livraison, dont celles relevant des ventes en ligne ou à distance demeurent autorisées en dehors des heures de confinement», a précisé la note du Premier ministre, soulignant que «les livraisons peuvent concerner même les produits dont les commerces y afférents sont touchés par la mesure de fermeture». La note a indiqué enfin qu’il demeure entendu « que les règles d’hygiène et de distanciation sociale mises en place dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation de l’épidémie du coronavirus (Covid-19), doivent être strictement observées ».
Samir Hamiche