dimanche , 2 octobre 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Concessionnaires défaillants dans la collecte des ordures</span>:<br><span style='color:red;'>L’APC d’Oran menace de saisir la justice</span>

Concessionnaires défaillants dans la collecte des ordures:
L’APC d’Oran menace de saisir la justice

L’APC d’Oran vient d’adresser des mises en demeure à une vingtaine de concessionnaires privés pour les inciter à reprendre les rotations de ramassage des ordures ménagères à travers la ville d’Oran.

Les concessionnaires concernés ont 48 heures pour reprendre la collecte avec l’obligation de respecter le contrat du cahier de charge, faute de quoi, des poursuites judiciaires seront enclenchées à leur encontre. L’APC d’Oran accuse ces entreprises prestataires d’être défaillantes en menaçant de les poursuivre devant la justice. Ces concessionnaires sont ainsi tenus de reprendre les opérations de collecte des ordures qui ont été interrompues à travers plusieurs quartiers à Oran.
La situation est conflictuelle d’autant plus que la collecte des ordures pose un problème chronique. Peu avant les jeux méditerranéens, le wali d’Oran, Saïd Sâyoud avait lancé un rigoureux avertissement à l’adresse des entreprises privées chargées de la collecte des déchets ménagers pour le compte de la municipalité d’Oran. Cette collectivité territoriale a été sommée de sévir contre les entreprises défaillantes, quitte à recourir à la résiliation de leurs contrats et leur remplacement par d’autres prestataires.
Concernant les réserves émises par certains concessionnaires privés chargés de la collecte des ordures, portant sur le nouveau cahier des charges, le wali avait indiqué qu’une commission s’attèle à «réviser certaines clauses contractuelles pour corriger les lacunes». En matière de collecte des déchets, la commune d’Oran est confrontée à des dysfonctionnements du système mis en place avec la multiplication des acteurs.
La division hygiène et assainissement(DHA) d’un côté, l’EPIC «Oran Propreté» de l’autre, et les concessionnaires privés. L’insalubrité constatée ces derniers temps est due en partie à des rotations de collecte qui ne sont pas effectuées. Créée dans les années 2000, l’EPIC «Oran Propreté» devait pallier aux carences de la DHA d’Oran affectée elle aussi par des mouvements de protestations récurrents des communaux.
Les concessionnaires privés ont été intégrés dans le système via le dispositif Ansej. Le système a fonctionné un intervalle de temps, mais il n’a pas tardé à montrer ses limites.
Face au tarissement des ressources financières, les dettes se sont accumulées et les mouvements de protestation se sont multipliés. Des protestations chroniques ont eu lieu pour réclamer le paiement des arriérés des factures impayées. Face aux dettes cumulées, l’APC d’Oran a récemment décidé de créer une commission qui devait régler ce gouffre financier.
Imad. T