dimanche , 29 janvier 2023

Les deals mafieux de Mohamed VI

Le Maroc est quasiment démasqué par une grande partie de la communauté internationale. Son entêtement à vouloir s’accaparer de terres qui ne lui appartiennent pas, jusqu’à s’allier avec Israël, avec une claire détermination de nuire à l’Algérie, après s’être démené pour annuler la dimension droit de l’homme dans la mission de la Minurso, a provoqué la suspicion de nombreuses institutions internationales. N’est-ce un soutien, du reste incompréhensible des Usa et la France, le problème sahraoui n’existerait pas à l’heure qu’il est. Un scénario comparable à celui de la Mauritanie qui a recouvré sa souveraineté sur tout son territoire devait s’appliquer sur le Sahara occidental. Or, il convient de relever que ce qui vaut pour une question ne vaut pas pour une autre. Et notamment les enclaves et les îles, aujourd’hui espagnoles, mais qui devraient relever du Maroc, ne semblent pas intéresser le Makhzen qui attend sans doute que les Marocains de Ceuta et Melilla parviennent à se libérer de l’Espagne pour réclamer sa souveraineté sur ces territoires.

Cette contradiction où Rabat n’a pu trouver aucune explication, sauf un silence coupable, s’est traduit par un deal quasi-mafieux avec le Premier ministre espagnol: reconnaissance de la prétendue marocanité du Sahara occidental contre la conservation des enclaves dans le giron de Madrid. Le côté mafieux du deal tient à l’arme qu’utilise le Maroc pour contraindre le Premier ministre espagnol : la traite de personnes. En effet, Mohamed VI et son Makhzen gardent en réserves des dizaines de milliers de migrants africains qu’ils menacent de laisser envahir le territoire espagnol, sauf en cas de respect d’un accord indigne de deux Etats. Le respect du deal s’est matérialisé par une répression sans nom commise par les policiers marocains contre des migrants clandestins qui voulaient passer à Melilla : des dizaines de morts.

Cette épisode qui salit les deux Etats illustre, si besoin, le peu de cas que réserve le Maroc aux droits de l’homme. En effet, ce qu’il a fait aux migrants, il le pratique au quotidien au Sahara occidental. d’ailleurs, les ONG qui, en allant voir d’un peu plus près ce qui se passe au Sahara occidental, ont découvert le véritable visage d’un royaume colonialiste et très peu regardant sur les droits de l’homme, lorsqu’il s’agit des populations sahraouies. Et si les appels des ONG n’ont toujours pas d’écho, c’est qu’il existe un autre deal que le Maroc a passé avec des dirigeants occidentaux. A ces derniers de flatter l’égo du roi et mettre sous silence le sous-développement caractérisé de ses sujets. En contre-partie, le roi laisse les grands de ce monde se comporter comme chez-eux dans les limites territoriales de son royaume. Un autre accord quasi mafieux.

Par Nabil.G