dimanche , 29 janvier 2023
Mostaganem : les chanteurs chaabi Kherroubi Khaled et Guetaf Rachid enthousiasment le public

Mostaganem : les chanteurs chaabi Kherroubi Khaled et Guetaf Rachid enthousiasment le public

La chanson châabi véhiculant le chiir el melhoune (poésie populaire) est ancrée profondément à Mostaganem, ville d’art et de culture par excellence, où se sont succédés depuis des siècles des chanteurs du melhoune comme le bedoui qui a connu sa gloire avec le chantre Cheikh Hamada, décédé en avril 1969, après son retour des lieux saints de l’islam.

Ainsi, le public est souvent convivé à assister à une soirée pour gouter aux saveurs de la chanson et la musique châabies.
Vendredi, le chanteur Khaled Kherroubi qui s’est forgé auprès de ses ainés, depuis son enfance, à l’apprentissage de la chanson châabie et se servir de la mandoline jusqu’à s’imposer comme un véritable chanteur en adoptant son propre style, a animé à la maison de la culture « Ould Abderrahmane Kaki » de Mostaganem une soirée.
Cet artiste qui véhicule quelques trente années d’expérience, accompagné d’un orchestre composé de sept musiciens, trois jouant du bandjo, deux du violon, un de la derbouka et un du tcherbac, a enthousiasmé le public avec sa voix douce et pénétrante et aussi avec la musique coulante et captivante.
Ensuite, le chanteur châabi Rachid Guetaf, plus jeune que Kherroubi, a également captivé le public.
Ces deux chanteurs savent manier la mondoline merveilleusement.
Les chansons qu’ils ont présentées sont puisées des répertoires du patrimoine poétique « chiir el melhoun » typiquement algérien de grands maitres tels Sidi Lakhdar et Bel Massaib.
Rappelons qu’à Mostaganem sont actifs le cercle « El Hilal et Thakafi », fondé en 1912 les associations « fene oua Nachat », « Ibn Badja » et autres ayant pour objectif la formation de musiciens et de chanteurs dans le châabi, l’andalou et le hawzi.
Nombre de chanteurs sont répertoriés à Mostaganem dont Maazouz Bouadjadj, 86 ans, chantre de la chanson châabie en Algérie, qui souffre d’une malade qui l’empêche de quitter son domicile.
Que Dieu le gerrisse.
Charef N