mardi , 29 novembre 2022

Le fléau du trafic de drogue toujours en progression

Oran, bien plus que d’autres villes du pays, reste confrontée au fléau du trafic de drogue venant du pays producteur voisin. Un produit prohibé et nuisible pour la santé, qui est déversé sur le territoire algérien par des réseaux de narcotrafiquants usant de tous les moyens et de toutes les pratiques imaginables pour fructifier leur activité mafieuse. Malgré les grands moyens et les efforts au quotidien menés par les forces de sécurité tous corps confondus, le kif traité venant du Maroc ne cesse de ravager toutes les agglomérations de l’ouest algérien. Une simple étude des statistiques annuelle des saisies de drogue, du nombre de narcotrafiquants interpellés, et des réseaux démantelés annuellement montre bien que le fléau reste en constante progression. Chaque année des milliers d’individus sont arrêtés par les services de sécurité, police et gendarmerie, pour des affaires liées au trafic de drogue et de psychotropes. Il suffit de consulter les archives de la presse locale pour constater que presque chaque jour on fait état d’une opération de police ou de gendarmerie ayant permis l’arrestation de dealers et de trafiquants ainsi que la saisie de quantité de kif traité ou de comprimés, parfois jusqu’à battre des records effrayants. Les opérations qui reflètent, certes, l’engagement des services de police dans la lutte contre le trafic de drogue et la criminalité, mais qui placent tristement la ville d’Oran et sa région au premier rang national des wilayates affectées par ce fléau. Les enquêtes et les arrestations qui se multiplient ne semblent malheureusement pas stopper le nombre croissant de jeunes et moins jeunes algériens qui s’inscrivent aux rangs des « petits vendeurs » ou des fidèles consommateurs, d’un produit interdit dangereux pour l’individu et pour la société. Le fléau touche notamment une jeunesse désœuvrée, rongée par des colères refoulées. Des haines qu’ils espèrent atténuer à doses de « Rivotril », de « Subutex » ou de kif traité. Avec la course effrénée à l’argent sale et à l’enrichissement illicite, Oran a gagné malgré elle la réputation d’être un terrain de prédilection pour une faune d’énergumènes venus de tous les horizons pour se lancer dans les malversations et les trafics en tout genre. Et les  » affaires scandaleuses  » qui se succèdent depuis des années, alimentent l’angoisse des uns, et les fantasmes des autres, sur un fond d’indifférence et de marasme partagé.

Par S.Benali