mardi , 29 novembre 2022
<span style='text-decoration: underline;'>L’Association écolo-maritime, Barberousse</span>:<br><span style='color:red;'>Le Golf de Bousfer sera doté d’un quai artificiel</span>

L’Association écolo-maritime, Barberousse:
Le Golf de Bousfer sera doté d’un quai artificiel

C’est une première en Algérie, le Golf de Bousfer sera sous peu doté d’un quai artificiel. Ce projet, qui vient d’être lancé, est soumis aux normes internationales fixées par décret promulgué en 2018 et qui porte sur la construction, en Algérie, des quais artificiels.

Ce quai est, selon ses promoteurs, de profondeur de 30 mètres et d’une superficie égale à 10 hectares.
Il sera doté d’au moins 80 grandes plaques en béton armé de longueur et largeur d’un mètre chacune.
Le chantier est, en grande partie, l’œuvre de l’Association écolo-maritime, Barberousse, en large collaboration avec la direction locale de la pèche et des ressources halieutiques, du secrétariat de wilaya chargé de ce projet et en contribution à la fois active, agissante et concluante de la division du génie maritime de l’Université des sciences et des technologies d’Oran Mohamed Boudiaf (USTOMB).
Si l’ensemble des acteurs et institutions d’Etat en relation avec ce projet se sont mis de la partie en mettant en place les plans entrant dans le cadre de la réalisation dudit chantier, l’association Barberousse déploie ses plongeurs dans la mise en place des plaques en béton.
Cette association s’attend à la réussite de ce projet après avoir d’ailleurs réussi le pari en 2015 en mettant en place un quai artificiel pilote et à titre expérimental.
Cette autre expérience lui a, d’ailleurs, valu le titre du meilleur prix lui ayant été accordé la même année pour les recherches et l’assemblage des données qu’elle a menée sur la pèche artisanale et classique au niveau du bassin méditerranéen, en plus de la recherche maritime.
Au retour, les résultats ne se sont pas trop fait attendre.
Le projet de 2015 a été sanctionné par le retour en grandes quantité des différentes variétés de la flore et la faune maritime du golf de Bousfer.
Elles sont passées de 4 à 44 espèces maritimes qui ont été recensées quelques années plus tard.
Outre la lutte contre la pollution maritime, ces quais artificiels permettent la vie facile de la faune et la flore marine en plus de la lutte contre la pèche illégale engendrant très souvent des dégâts aux conséquences néfastes au système écologique marin.
Ce n’est en fait qu’un début d’un ensemble de projets visant à redonner l’image écologique qui sied à cette wilaya doté d’un littoral de 120 Km à sauvegarder compte tenu de sa richesse maritime, en plus de sa beauté attrayante, notamment dans le volet lié au développement touristique.

Yacine Redjami