EDITO

L’inhumanité sioniste dans toute son horreur

Israël ne maîtrise qu’une seule langue, celle de la violence extrême. Son chef, qui promettait le retour des bombardements barbares n’a pas donné le temps aux prisonniers palestiniens libérés dans le cadre de l’échange avec la résistance palestinienne. Ces otages qui croupissaient dans les geôles israéliennes risquent de mourir à tout instant, victimes de pilonnages intensif qui ont repris dès avant-hier, avec la même détermination criminels de faire un maximum de morts et de terroriser les survivants pour qu’ils quittent la bande de Ghaza. Le sioniste en chef, ne s’en cache même pas. il sait que ce que son armée entreprend un génocide et un crime de guerre caractérisé. Mais, se sachant visiblement protégé par un Occident, sinistre, cynique et vassalisé, il continue dans son œuvre destructrice de tout un peuple. Cela est d’ailleurs clairement apparu ces derniers jours, à travers des bombardements meurtriers contre la population civile dans la bande de Ghaza, à partir du jour même de l’expiration de la trêve humanitaire. Des actes inhumains qui ont alourdi le bilan des martyrs et aggravant la crise humanitaire.       

La nature crapuleuse de Natanyahu se fait évidente dans le déroulement des événements ces derniers temps. Il a d’abord accepté une trêve de 4 jours, l’a prolongé de deux autres jours. Ceci a fait naître l’espoir dans les cœurs des Palestiniens. Les vivres qu’on acheminait et la cessation des bombardements apportaient une certaine sérénité, très relative certes, mais elle était là. Et c’est au moment où les uns et les autres commençaient à y croire que tous leurs espoirs sont détruits par d’affreux bombardements tout aussi terribles que les précédents.  

Il y a dans cette successions d’évènements provoqué par Istraël une volonté de briser à jamais le moral des Palestinien. Une action psychologique qui, en plus de la terreur que provoquent les bombardements, plonge tous les civils dans un état profond de découragement. Natanyahu fait avec les Palestiniens,  ce que faisait Hitler avec les Juifs, en les maltraitant chez-eux, puis en leur offrant une petite lucarne de paix, les mets dans des trains pour les parquer tels des animaux dans les camps de la mort. Le monstre sioniste qui n’a pas l’opportunité de construire des camps de la mort à fait pire, en transformant Ghaza en camp de la mort, où il y a désormais parqué les prisonniers palestiniens libérés. Disons-le donc clairement, qu’au moment où les israéliens libérés sont en totale sécurité, les Palestiniens risquent une mort violente chaque seconde.

Retenons donc que les récentes attaques sionistes ont ciblé des quartiers entiers dans la bande de Ghaza. Au moins 60 Palestiniens ont été tués à Khan Younis, au sud de Ghaza, après que les avions de combat de l’aviation sioniste ont largué des dizaines de roquettes sur des maisons de civils. L’inhumanité sioniste dans toute son horreur.

Par Nabil.G

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page