dimanche , 29 janvier 2023

Les adeptes de la zizanie et de la manipulation

Le sélectionneur Algérien, Djamel Belmadi, aurait pris la décision de faire jouer l’équipe nationale au stade de Nelson Mandela de Baraki et non plus à Oran comme prévu semble-t-il initialement.
Cette information, publiée en début de semaine par plusieurs journaux, a été très commentée sur les réseaux sociaux et malheureusement bien utilisée par les adeptes de la zizanie et de la manipulation.
Il est évident que le choix du terrain devant abriter les rencontres de l’équipe nationale relève des prérogatives des instances concernées, dont l’entraîneur national.
Il serait tendancieux et malsain de croire un seul instant que le choix du stade de Baraki, tout proche d’Alger, serait teinté d’une coloration de régionalisme primaire. Mais le déficit de communication et d’explication du choix et des arguments retenus laisse la porte ouverte à de malheureuses spéculations.
Le stade Miloud Hadefi d’Oran, et le stade Mandela à Baraki, ont tous deux connu des péripéties peu glorieuses durant toutes les phases de construction et de livraison des projets.
On se souvient des retards et des tâtonnements concernant notamment la réalisation de la pelouse au stade olympique d’Oran qui  a été livrée juste avant le début des jeux méditerranéens en juin 2022. Et dire que cette manifestation sportive était programmée pour l’année 2021 mais fort heureusement décalée un an plus tard, à cause, ou grâce, à l’épidémie du covid19.
Jusqu’à maintenant, aucun bilan financier, technique, ou socio-économique n’a été officiellement publié par les pouvoirs publics permettant d’évaluer les résultats et les performances des nouveaux équipements sportifs réalisés ici et là.
Un stade, baptisé Miloud Hadefi, et qui a aussitôt été au cœur des polémiques et des zizanies orchestrées par des agitateurs notoires.
Mais mis à part les critiques abusives des uns et les jérémiades inutiles des autres, aucun véritable débat intelligent et constructif n’a jamais pu être instauré sur la scène oranaise par les sphères politiques, sociales, associatives, ou intellectuelles visant à cerner objectivement l’état des lieux et à proposer des solutions crédibles et durables aux mille et uns problèmes qui pénalisent le développement local dans presque tous les domaines.
Y compris le sport et le football de performance qui enregistre une régression et une déchéance scandaleuse.
Jusqu’à quand?
Par S.Benali